vendredi 23 septembre 2016

Ghost Fleet imagine une guerre Chine vs. Etats-Unis au 21ème siècle

À l'ère de l'humain augmenté, de l'informatique ubiquitaire et de la robotique intelligente, la Chine et les Etats-Unis s'affrontent ouvertement dans l'Océan Pacifique. Les deux belligérants se gardent tacitement de tout recours aux armes nucléaires et manoeuvrent sans retenue sur terre, en mer, dans les airs, dans le cyberespace et dans l'orbite basse. Savamment inspirés par Tom Clancy, les stratégistes Peter W.Singer et August Cole mêlent habilement science-fiction et prospective dans une œuvre au tambour battant.


Peter Warren Singer, auparavant auteur de Wired For War : The Robotic Revolution And Conflict In The 21st Century, est rédacteur au webzine Popular Science et a étroitement contribué à la conception du très populaire jeu vidéo Call of Duty. Augsut Cole, ex-journaliste spécialisé dans l'industrie militaire au Wall Street Journal et membre de l'International Institute For Strategic Studies, dirige et anime la plate-forme Art of Future Warfare. Les deux auteurs ne cachent guère leur admiration pour Tom Clancy et leur préférence pour son roman Tempête Rouge (Red Storm Rising) qui met en scène une guerre froide brutalement réchauffée en Europe et sur l'Océan Atlantique. Ils sont également influencés par les séries télévisées Battlestar Galactica et Game of Thrones, la saga Star Trek et le film Aube Rouge (Red Dawn).

Entre rapport de tendances et storytelling, les premiers chapitres de Ghost Fleet décrivent les réalignements de la scène stratégique du fait d'une conjonction d'incidents liés au terrorisme nucléaire, à la compétition pour les ressources, à la crise financière, aux transformations environnementales et aux innovations technologiques. Ainsi, tout semble indiquer que les multiples facteurs d’une guerre sino-américaine soient aujourd’hui en mouvement : litiges territoriaux en Mer de Chine, guerres froides navales dans la zone Asie-Pacifique, course régionale aux armements...


samedi 30 juillet 2016

Electrosphère sur les réseaux sociaux... et en vacances 

Le blog Electrosphère prend une pause estivale et sera de retour en début septembre. En attendant, n'hésitez pas à suivre le dossier estival « Cygnes noirs et surprises stratégiques » sur EchoRadar...



et à nous joindre sur le Web social afin de profiter de nos mises à jour quotidiennes (technologie, sécurité, géopolitique, etc) :

- Electrosphère sur Twitter (@blog_e_sphere) | Facebook | Google+

- EchoRadar sur Twitter (@echoradar) | Facebook | Google+

dimanche 24 juillet 2016

Daughter – Not To Disappear : noir, énergique et grâcieux

Avec l'album Not To Disappear, Elena Tonra et ses acolytes ont forgé une œuvre post-rock/folk à mi-chemin de Radiohead, de Florence & The Machine, de Coldplay et d'Emiliana Torrini.


Le label britannique 4AD a l'art de dénicher des artistes/groupes qui forcent le respect et l'admiration : Cocteau Twins, Dead Can Dance, This Mortal Coil, Camera Obscura, Bon Iver, Atlas Sound, Grimes, Ariel Pink, Deerhunter, U.S. Girls... et Daughter, composé de la chanteuse anglaise Elena Tonra, du guitariste suisse Igor Hafaeli et du batteur français Remi Aguilella. En 2013, leur première mouture If You Leave avait marqué quelques critiques de la scène indie mais manquait d'un fil conducteur tant sur le plan lyrique qu'instrumental.

vendredi 15 juillet 2016

Après l'attentat de Nice, avec Pierre Conesa (RTS)

Pierre Conesa est spécialiste en questions géostratégiques, maître de conférences à Sciences Po et à l’ENA et auteur de « La fabrication de l’ennemi : ou comment tuer avec sa conscience pour soi » (Editions Robert Laffont, 2011). Il a été interviewé par la Radio Télévision Suisse (RTS) au lendemain de l'attentat de Nice.


C'est un scénario qui pourrait se renouveler demain avec un autre véhicule à un autre endroit [...] n'importe où en France [...] Le terrorisme a toujours un coup d'avance puisqu'il va frapper à l'endroit qu'il sait le moins protégé et qui lui garantira la meilleure couverture médiatique [...] Le terrorisme est toujours une logique du faible au fort. C'est pas une stratégie, c'est une réplique

mercredi 13 juillet 2016

Leisha Evans, l'icône "à la Tian'anmen" de #BlackLivesMatter

Cette sereine sylphide urbaine revêtue de sa longue robe flottante casse complètement les codes d'une furieuse manifestation.


Probablement impressionnés, les policiers anti-émeutes l'ont appréhendée en douceur (pas de plaquage/traction au sol, pas de menottes) et l'ont relâchée le lendemain. Ont-ils fait preuve de modération du fait de la prolifération de reporters à Bâton Rouge depuis quelques jours ?


jeudi 7 juillet 2016

Laurent Henninger : Vers la fluidification du monde (vidéo)

Laurent Henninger est chargé d’études à la Revue Défense Nationale, rédacteur membre du magazine Guerres & Histoire, et co-anime le séminaire de mastère « Guerre et société à l’époque moderne » à l’université Paris I, et un séminaire sur les « Révolutions technico-militaires » à l’EHESS.


Il a récemment développé les notions « d'espaces solides » (la terre) et « d'espaces fluides » (la mer, les airs, le spectre électromagnétique, le cyberespace et l'espace), entre lesquelles existent des degrés/variétés d'états intermédiaires (les zones littorales, les îles). Le contrôle des espaces fluides - notamment via les réseaux - est la condition sina qua non de la puissance, et ce, afin de mieux maîtriser les espaces solides. L'Angleterre de la Reine Elizabeth I et l'Amérique contemporaine figurent parmi les acteurs qui ont su mettre en oeuvre ces facteurs de puissance aux moyens des marines militaires et marchandes d'abord, et des aviations, des banques, des médias, des technologies et des réseaux inhérents ensuite. 

vendredi 1 juillet 2016

En simulation, l'intelligence artificielle ALPHA écrase un colonel instructeur de l'US Air Force

Colonel Gene Lee (US Air Force) : « ALPHA semblait être au courant de mes intentions et réagissait instantanément à mes changements de tactique et à mes déploiements de missiles. Elle savait comment défaire mes moindres tentatives. Elle se déplaçait instantanément entre positions défensives et offensives. C'est l'intelligence artificielle la plus agressive, la plus réactive, la plus dynamique et la plus crédible que j'ai observée à ce jour. »



Psibernetix est une start-up fondée et dirigée par Nick Ernest - diplômé en ingénierie et sciences appliquées de l'université de Cincinnati, appuyée par un panel d'experts en programmation-développement et en aéronautique issus de cette faculté, et bénéficiant d'un financement du Pentagone. Son produit phare nommé ALPHA est un outil de recherche dédié au contrôle d'avions sans pilote et aux opérations « MUM-T » (Manned Unmanned Teaming) associant automates intelligents et pilotes humains en simulation. Tel Mohammed Ali face à un poids plume, ALPHA a toujours surpassé les intelligences artificielles de l'US Air Force Research Lab... nettement plus abouties que votre meilleur jeu vidéo de combat aérien.


lundi 27 juin 2016

Autour du Brexit, cet effet Trump aux normes européennes

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.” (Bossuet)


Godzilla.eu. Le modèle économique qui appauvrit les sociétés est étroitement imbriqué avec le modèle politique qui méprise ou contourne les suffrages. Le capitalisme financier et la démocratie libérale ne font plus qu'un... au détriment de la démocratie représentative. 

Ennemis intimes. Le Brexit inaugure-t-il une confrontation permanente entre les peuples européens d'une part, les gouvernements nationaux et les institutions européennes d'autre part ?

Une technocratie hors-sol. L'eurocratie est plus soucieuse d'abstractions écofinancières et normatives de son cru que de l'évolution des économies/sociétés réelles. La connivence idéologique, les collusions d'intérêts et l'histoire partagée avec « les milieux d'affaires » (table ronde des industriels européens, lobbies, desk officers, etc) ne font qu'aggraver cette déconnexion, au point de multiplier des dimensions parallèles entre peuples, gouvernements et institutions européennes.

Tout sera comme avant. Malgré l'onde de choc du Brexit, l'eurocratie se cloître encore plus dans son dogme européiste, veut se débarrasser au plus vite de ce trublion britannique potentiellement contagieux... et répète à satiété son meilleur argument publicitaire : le déluge en solitaire ou le statu quo européen.

samedi 18 juin 2016

HyperReality ou le futur psychédélique de la réalité augmentée

En 2016, la réalité augmentée est une technologie de niche - confinée aux applications démonstratives, expérimentales ou spécialisées - et doit considérablement gagner sur plusieurs fronts (confort, ergonomie, utilité, standards, prix, etc) avant de conquérir le marché de masse. Dans un futur conditionnel, elle est une technologie grand public envahie par l'e-commerce et donc inondée par le marketing et la publicité - à l'image de l'Internet et/ou du Web social aujourd'hui.


Dans le court métrage HyperReality – tourné à Medellin (Colombie), le designer multimédia Keichi Matsuda imagine un environnement qui fusionne réalité virtuelle, technologies portées (wearable), Internet des Objets, robotique, e-commerce et publicité, et submerge complètement la perception sensorielle et la vie quotidienne d'une citadine de demain.

vendredi 10 juin 2016

En couple : le drone traque, l'hélicoptère frappe

En Afghanistan, l'hélicoptère d'attaque Apache supervise le drone tactique Shadow qui identifie, traque et désigne des cibles mouvantes au sol.



Décliné en plusieurs versions, le Shadow RQ-7 est un drone tactique léger destiné à la reconnaissance, à la surveillance et à l’acquisition de cibles. Déployé à l'échelon d'une brigade, il est pourvu d'une autonomie de 7 heures dans un rayon de 125 km, vole à 110 km/h, décolle et atterrit sur de courtes distances et peut être projeté par une catapulte pneumatique montée sur remorque.

Le drone transmet des vidéos, des métadonnées et des coordonnées de cibles en temps réel à l'hélicoptère d'attaque Apache AH-64E qui « supervise » son vol (en pilote automatique) au-dessus d'un théâtre d'opérations et contrôle ses systèmes de vision et de désignation. Ainsi, l'équipage de l'hélicoptère identifie et surveille des cibles au-delà de la portée des capteurs embarqués, bénéficie de surcroît d'une distance significative de sécurité (environ 80 km) et intervient en phase finale à l'abri (ou presque) d'une mauvaise surprise.


mardi 7 juin 2016

Quand les adolescents auront des micro-usines à domicile...

L'impression 3D est déjà un eldorado florissant pour des myriades d'industries, de créateurs et de makers mais ne relève pas d'une application grand public avec ses produits & services matures. Ce procédé obtiendra ses lettres de noblesse quand les imprimantes 3D trôneront aux côtés des nos ordinateurs et de nos imprimantes à jet d'encre/laser et seront associées à nos smartphones/tablettes et à d'autres technologies hard ou soft.


Flash Rewind. Tel un adolescent en pleine croissance, le Web fit sa mue avec les systèmes d'exploitation mobiles, s'extirpa de facto de la lourdeur du PC fixe/portable et se connecta plus aisément au monde réel notamment grâce aux applications mobiles (email, géolocalisation, e-commerce, transport, loisirs et création multimédia, applications collaboratives, etc). Ainsi, l'expansion fulgurante des terminaux mobiles fut un cauchemar pour les fabricants d'appareils photo, de caméscopes numériques, de terminaux GPS, de baladeurs audio/vidéo, de chaînes hi-fi, de calculatrices, de montres-bracelets, de radio-réveils, etc etc etc.

La grande distribution de produits culturels a carrément payé le prix fort de ce tourbillon numérique : la FNAC cherche son nouveau modèle économique et Virgin Megastore a mis la clé sous la porte. Ces deux enseignes craignaient ou militaient contre le téléchargement en peer-to-peer (ou téléchargement illégal) mais n'ont pas su anticiper les fracassants succès du iPhone/iPad (Apple) et du Galaxy/Galaxy Tab (Samsung), souvent présentés dans leurs plus beaux espaces de vente.

samedi 4 juin 2016

Boxeur Ali & Mister Clay volait comme un papillon et piquait comme une abeille

Dévoré par la maladie de Parkinson depuis la fin de sa carrière, The Greatest s'est finalement éteint à 74 ans après avoir déjoué tous les pronostics médicaux. Dans les années 1960-1970, cette très photogénique légende planétaire a incarné l'âge d'or des poids lourds et inspiré plusieurs générations de boxeurs par sa vitesse, son jeu de jambes et ses esquives. Outre sa chorégraphie pour gants et cordes, ce gourou de la punchline métaphorique avait su s'attirer la sympathie du public et était devenue une icône de la lutte des Afro-Américains pour les droits civiques.


Son mythique combat contre George Foreman en 1974 à Kinshasa, au Zaïre (actuelle République Démocratique du Congo) de Mobutu Sésé Séko, imprégné par l'ambiance à la fois électrique et bucolique d'une époque, avait largement dépassé le cadre sportif et reste un souvenir marquant pour certaines générations plus ou moins branchées d'Africains – tels que mon père, mon feu grand-père et divers grand-oncles - qui avaient vécu le match... en l'écoutant à la radio. Ce fut un régal de le découvrir dans les archives sportives, dans plusieurs documentaires TV, ainsi que dans l'excellent film Ali qui doit beaucoup à la remarquable – et peut-être l'unique  – interprétation de Will Smith.