samedi 31 mars 2012

Game of Thrones (HBO) : S02E01

À mi-chemin de la série Rome et de la trilogie Le Seigneur des Anneaux, Game of Thrones est devenue - dès sa première saison, une série cultissime qui marquera sûrement son temps. En réalité, il s'agit d'un politic fantasy qui se boit plus qu'il se regarde, même sans avoir préalablement lu l'oeuvre littéraire originale de George R.R. Martin.



J'ai rarement vu une série (américaine) animée par cette profusion d'acteurs (britanniques) aussi convaincants, projetant ses personnages au coeur d'intrigues où le cynisme et le machiavélisme font foi. C'est la première fois que l'exécution d'un personnage central, attachant et charismatique me choque à ce point. En quelques épisodes, le téléspectateur est emporté par le chaos qui submerge le continent Westeros depuis les morts brutales et très tragiques de Lord Eddard Stark (Sean Bean), du Roi Robert Baratheon (Marc Addy) et du Roi Drogo (Jason Momoa).



Tous les personnages de Game of Thrones sont dignes d'un intérêt plus que conséquent mais certains hissent la barre à un niveau stratosphérique.

Je suis impatient de savoir comme le très rusé Tyrion Lannister (Peter Dynklage), futur main du roi, composera avec les conseillers et fins manipulateurs que sont Littlefinger (Aidan Gillen) et Varys (Conthel Hill). Saura-t-il tempérer les élans sadiques et ô combien catastrophiques de son neveu et Roi Joffrey Baratheon (Jack Gleeson) ?

Prisonnière de la famille royale Baratheon-Lannister qui fit publiquement et froidement assassiner son père, Sansa Stark (Sophie Turner) n'a plus rien d'une fille gâtée et détestable : elle devra désormais survivre coûte que coûte dans cette cour royale peuplée de vipères et de pythons. Son audacieuse cadette Arya Stark (Maisie Williams) - qui manie déjà savamment l'épée - survivra-t-elle à son voyage vers le Mur en compagnie de voleurs, de violeurs et de tueurs psychopathes ? Rejoindra-t-elle son demi-frère Jon Snow (Kit Harington), fine lame et patrouilleur de la Garde de Nuit, dans son combat contre les mystérieuses forces maléfiques peuplant les territoires situés au-delà du Mur ?



Proclamé Roi du Nord par ses lieutenants, Robb Stark (Richard Madden) découvre les turpitudes de la diplomatie et les aléas de la guerre – aux côtés de sa mère veuve Catelyn Stark (Michelle Fairley) – mais fait déjà preuve d'une surprenante habileté stratégique. Il en aura férocement besoin face à la puissante armée du patriarche et chef de guerre Tywin Lannister (Charles Dance)...

Promise et « vendue » par son frère aîné au feu roi Drogo, Daenerys Targaryen (Emilia Clarke) est remarquablement passée de l'innocente princesse immaculée conception à l'autocrate inspirant le respect, faisant parfois preuve d'une grande naïveté, capable à la fois de clémence et de cruauté... et dotée de pouvoirs surnaturels comme la résistance au feu. Assistée de son coriace protecteur et conseiller politique Ser Jorah Mormont (Iain Glenn), chef d'une armée de redoutables guerriers et forte de ses trois bébés dragons appelés à grandir, la blonde Danaerys est véritablement une cavalière de l'Apocalypse. De de quoi inciter les belligérants de Westeros à la négociation sous peine de subir sa furie hautement incendiaire.



L'évolution spectaculaire de ce personnage assez complexe fut, à mes yeux, l'une des intrigues les plus accrocheuses de cette première saison.

La chaîne câblée américaine HBO diffusera le « S02E01 » de Game of Thrones ce 1er avril 2012. Par ailleurs, une pléthore de nouveaux personnages déferlera sur cette deuxième saison.

Des millions d'aficionados de par le monde n'en pouvaient plus d'attendre depuis le printemps 2011...


jeudi 29 mars 2012

Peter W.Singer : « la révolution robotique et la guerre »

Peter W.Singer est l'auteur de Wired for War , directeur Director du 21st Century Defense Initiative à la Brookings Institution et ancien officier de la Balkans Task Force.












Si on se projette en 2035, les robots disposeront d'une puissance computationnelle un million de fois supérieure à celle actuelle. La révolution robotique - comparable à la révolution de l'atome - affectera autant les méthodes que les acteurs de la guerre.


Cette révolution est déjà open source et planétaire car la fabrication de robots implique une quarantaine de pays à ce jour, et nécessite moins de ressources techniques, humaines et financières que la fabrication d'avions de chasse ou de chars d'assauts. Ainsi, armées, polices, firmes, instituts de recherche et organisations criminelles ou terroristes auront tous accès à des technologies robotiques manufacturées ou artisanales (la preuve par Tsahal vs. Hezbollah). On s'oriente donc rapidement et sûrement vers la fin du monopole humain sur la conduite de la guerre au niveau tactique et, consécutivement, à de profondes mutations sur les plans sociaux, légaux et éthiques.

Fascinés par la perspective d'une guerre très peu coûteuse (pour la vie de leurs soldats et pour leurs budgets), les gouvernements seront-ils plus enclins à user de leurs forces armées 100% techno ? Sur un champ de bataille proliférant de drones télécommandés ou autonomes, « qui mène le combat et qui est l'ennemi » ?

J'avais abordé les multiples enjeux de la guerre robotisée dans "La guerre de l'Homme et du Robot" (Les Guerres low-cost - Les Cahiers d'AGS, Editions Esprit du Livre).



Qu'est devenu l'argent pour Haïti ?

Deux ans après le tragique séisme (de magnitude 7) qui dévasta l'île de Haïti autant qu'un bombardement aérien massif (230 000 morts, 300 000 blessés), plus de 60 organisations humanitaires collectèrent 2,1 milliards dollars d'aide à la reconstruction dont les deux tiers furent effectivement dépensés à cette fin.


Augmenter le graphique

Toutefois, plus d'un demi-million de Haïtiens vivent encore dans des camps de fortune et une épidémie de choléra a tué près de 7000 personnes. Au-delà de l'aide humanitaire, que faire pour enrayer durablement le sempiternel et triste sort de ce petit pays (parmi tant d'autres) ?

Good.is : Infographics : Two Years Later, Where Are the Haitian Recovery Funds?


dimanche 25 mars 2012

Infographie : Game of Thrones (générique)

Le générique de l'excellente série Games of Thrones (HBO) a été réalisé par Angus Wallpar (de la société Elastic) qui fit auparavant ses armes avec les génériques des séries Rome et Carnivale.



J'adore cette infographie qui fusionne remarquablement l'univers fantasy (d'où ce côté Tolkien/Seigneur des Anneaux) avec les machines de Léonard de Vinci, le tout accompagnée par la musique magistrale de Ramin Djawadi (Prison Break). Un chef d'oeuvre. Les infographistes/vidéographistes adoreront les détails fournis par les liens suivants :

  1. Hollywood Reporter : Secrets Behind 'Game of Thrones' Opening Credits

  2. Art of the Title : Game of Thrones


Mohammed Merah vu par le renseignement français

Loin du brouhaha médiatique, Bernard Squarcini, patron de la DCRI (ou le FBI français) livre un éclairage pertinent sur le cas Mohammed Merah :

« Des personnes, dont des enfants, sont morts d'une façon particulièrement cruelle, et nous nous posons forcément la question: est-ce qu'on aurait pu faire différemment? Est-ce qu'on a raté quelque chose? Est-ce qu'on a été assez vite? Mais il était impossible de dire dimanche soir : "C'est Merah, il faut aller l'attraper." Lui-même n'avait d'ailleurs pas prévu d'attaquer l'école juive lundi matin. Selon ses déclarations lors du siège par le RAID, il voulait tuer un autre militaire, mais il est arrivé trop tard. Et comme il connaît bien le quartier, il a improvisé et a attaqué le collège-lycée Ozar-Hatorah. [...]



Il faut remonter à la cassure de son enfance et à ses troubles psychiatriques. Pour avoir fait ce qu'il a fait, cela relève davantage d'un problème médical et de fanatisme que d'un simple parcours djihadiste [...] Selon les déclarations qu'il a faites lors du siège par le RAID, il s'est autoradicalisé en prison, tout seul, en lisant le Coran. C'est un acte volontaire, spontané, isolé. Et il dit que de toute façon, dans le Coran, il y a tout. Donc, il n'y a aucune appartenance à un réseau. [...] Il semble s'être radicalisé seul. »

Le Monde : Bernard Squarcini : "Nous ne pouvions pas aller plus vite"


jeudi 22 mars 2012

Un essaim de nano-drones en approche - part.3...

Dans les deux précédents volets (part.1, part.2), nous avions découvert l'essaim de quadricoptères développé par Alex Kushleyev et Daniel Mellinger (KMEL Robotics) sous la supervision de Vijay Kumar (département d'ingénierie mécanique, Université de Pennsylvanie).


La plate-forme expérimentale de KMEL Robotics a l'immense mérite de focaliser essentiellement sur la mise en réseau et la coordination d'automates plutôt que sur leur technologie intrinsèque. D'où une innovation majeure certes embryonnaire mais qui inspirera abondamment les industries robotiques et aéronautiques.

Forte de ses capteurs intégrés, chaque unité se forge une cartographie 3D des lieux explorés en optimisant ses trajectoires et en évitant les obstacles avec une spectaculaire agilité. L'essaim peut voler en formation et modifier celle-ci à tout moment en fonction de l'environnement physique. En outre, ces quadricoptères peuvent coopérer pour transporter des objets ou assembler des structures excédant leur rapport poids/puissance à l'instar des fourmis.



Dans cinq ou dix ans, les capteurs embarqués auront considérablement gagné en miniaturisation et en efficacité, les matériaux de conception seront nettement plus légers (notamment grâce aux nanotechnologies), les batteries auront une bien meilleure longévité, la puissance computationelle de ces micromachines (individuellement et donc collectivement) aura été multipliée par 20 ou par 40... et les synergies générées par ces divers facteurs technologiques seront au coeur d'innovations “aérobotiques” aussi surprenantes que disruptives.

Au fur et à mesure, la technologie des drones en essaim obtiendra ses lettres de noblesses dans les domaines de la gestion des urgences/des risques, de la défense, de la sécurité... et de la technosurveillance.

Dans les années 2020, un essaim de “nanodrones” aussi intelligents que des insectes (vive la loi de Moore!) recherchera des survivants sous les décombres, détectera des fuites de matières chimiques/radioactives dans un bâtiment, traquera des terroristes dans un environnement urbain, et ce, en naviguant dans un périmètre nettement plus élargi que celui couvert par une seule machine et en accédant à des endroits inaccessibles à un engin plus volumineux.

Si j'étais une armée de l'air planifiant un raid en territoire ennemi ou un acteur irrégulier en quête d'une nuisance asymétrique, j'utiliserais un essaim de “microdrones” (composés d'unités plus ou moins spécialisées) afin de “saturer” , d'aveugler voire de cyberattaquer les défenses anti-aériennes adverses.

Si j'étais un régime despotique ou un état démocratique particulièrement sournois, un essaim de “nanodrones” surveillerait les foules lors d'une manifestation ou d'une émeute, et tracerait puis identifierait des individus de mon choix dans les lieux publics comme privés. Avec mes yeux et mes oreilles dans les airs, leurs identités seront rapidement établies (analyse biométrique), leurs déplacements suivis en temps réel (géolocalisation) et leurs communications mobiles constamment interceptées (cybersurveillance)...

Si j'étais un geek un peu trop insolent, je m'amuserais à écouter les conversations téléphoniques de mes voisins avec un essaim de “nanohackers”... dont l'énorme ancêtre fut le WASP, drone pirateur artisanal à 6500 dollars...


jeudi 15 mars 2012

Un essaim de nano-drones en approche - part.2...

Dans leur laboratoire à l'université de Pennyslvanie, Alex Kushleyev, Daniel Mellinger et Vijay Kumar (département d'ingénierie mécanique) construisent des nano-drones quadrirotors autonomes qui volent en essaim, se repèrent, et forment des équipes ad hoc -- à des fins de construction, de repérage lors de catastrophes et bien plus.


Vijay Kumar nous explique tout sur cette innovation majeure lors de son intervention d'un quart d'heure aux TED Talks. Les francophones pur jus peuvent savourer le sous-titrage en français sur TED.com

En savoir plus : Electrosphère - Un essaim de nano-drones en approche...


dimanche 11 mars 2012

Mon best of AGS du 05.03 au 11.03.2012

Actudéfense :

CIDRIS Cyberwarfare : Chine & USA : vers une évolution des moeurs ?

Good Morning Afrika : Trois trajectoires de sécession dans la Corne de l’Afrique : le Somaliland, l’Erythrée, le Soudan du Sud

La Voie de l'Epée : La guerre à distance-Tsahal contre le Hezbollah - part.1, part.2, part.3

Le Fauteuil de Colbert : La politique étrangère de l'Espagne et l'utilisation politique de l'Armada

Mars Attaque : Mars Attaque en recherche active d'emploi !

Si Vis Pacem Para Bellum : Cybersécurité USA : le volet normatif comme outil de puissance et de volonté stratégique


Stratégies et systèmes : pourquoi elle vous trompe

Malheur à celui qui prétendra que cet article n'a rien à voir avec les stratégies, les systèmes et les technologies ! Le couple n'est-il pas un système forgé avec/par deux technologies (un homme et une femme) et animé par des stratégies relationnelles ?

Ce petit diaporama d'iVillage est riche d'enseignements déjà largement connus. Néanmoins, voici ma petite traduction pour les francophones pur jus... avec quelques additifs de mon cru. Résumons, elle vous trompe :

1. Pour se venger. Car vous « avez tiré le premier ». De quoi vous remettre les barres sur les T et les queues dans les Q.

2. Pour le glamour d'un extra. En bref, elle espère avoir constamment « un oiseau dans la main et un autre dans la nature ». En général, elle choisira cette solution après avoir vainement tenté de vous faire comprendre qu'un truc ne tourne plus rond dans votre couple. Soyez psychologue sinon elle s'en trouvera un autre !

3. Pour le glamour d'un vrai amour. Pour elle, il n'y a rien de plus beau et de plus agréable que de se voir/savoir chérie et aimée. Vous savez ce qui vous reste à faire...

4. Pour booster son ego. Si vous la négligez, un rival potentiel se fera fort de la complimenter. Veillez donc à maintenir « l'égomètre » de votre bien-aimée à un niveau suffisamment élevé. NB : Il vaudrait également mieux qu'elle en fasse de même avec vous sinon la tromperie à double sens fera vite son chemin. Dans le jargon professionnel, on appelle cela « un solde de tout compte ».

5. Pour se faire choper. Car les hommes sont très souvent moins tolérants que les femmes lorsqu'ils ont été trompés et mettent aussitôt fin à la relation. Pour votre conjointe, être prise sur le fait est parfois une méthode pour se débarrasser de vous d'une façon ou d'une autre. Je n'aimerais pas me prendre un tel poignard dans le coeur...

6. Pour le sexe. 81% des femmes mariées affirment que leur vie sexuelle est devenue extrêmement prévisible... quand il y en a une. Soyez créatif car sa tentation d'aller voir ailleurs ne fera qu'augmenter. Trouvez un truc... Vite !

7. Pour fuir sa solitude dans votre couple. Elle ne ressent plus aucun point commun ou aucune connexion avec vous. À ses yeux, vous êtes devenu transparent et immatériel. En un mot : virtuel. Man, tu es mal !

8. Pour revivre son passé. Souvent mais pas toujours avec un ex. Motif : revivre les sensations de la jeune et sexy femme qu'elle fut. Saisissez-vous aussi sec de votre plume et reécrivez son histoire avec tout votre savoir-faire... avant qu'un archéologue croise sa route.

9. Par peur de la mort. Après avoir échappé de justesse à un accident grave ou à une maladie mortelle, elle peut brutalement prendre conscience de sa mortalité et rechercher des sensations fortes tous azimuts dont une aventure extra. Ouch ! Ça se complique.

10. Pour l'aventure. Voir 2.+6., notamment si sa vie quotidienne est trop ennuyeuse ou trop routinière (couple, famille, profession). Achtung baby : unité ennemie (bad boy, latin lover, etc) sur le flanc droit ! Barre à tribord toute !

Au cas où ces dix points ne seraient plus d'aucune utilité/actualité (en ce qui vous concerne), j'en ajouterais un onzième.

11. La vie fourmille d'opportunités positives en tous genres. Un peu plus de la moitié des 7 milliards d'humains sont des femmes, camarade. Ca vous laisse pas mal de probabilités inexplorées. En outre, vous pouvez toujours rebondir d'une façon ou d'une autre, seul ou avec quelqu'un d'autre, et reconstruire quelque chose ailleurs et différemment...

iVillage : 10 Reasons Why Women Cheat


samedi 10 mars 2012

Un essaim de nano-drones en approche...

Alex Kushleyev, Daniel Mellinger et Vijay Kumar de l'Université de Pennsylvanie n'ont peut-être pas pris conscience du bond technologique qu'ils ont produit avec leur essaim de nano-drones quadrirotors made in KMEL Robotics.


Dans 3 ou 4 jours, je reviendrais sur les multiples enjeux de ces essaims de nano-drones tant dans le domaine civil que militaire... en espérant que vous ayez bien fermé votre fenêtre.


Au fait, y aurait-il une cheminée ou un conduit d'aération/d'évacuation dans votre domicile? Auriez-vous également un piano, une guitare ou un tambour à votre disposition? J'ai quelques amis assez étranges mais fort sympathiques qui souhaiteraient interpréter le thème musical de James Bond...


vendredi 9 mars 2012

Un câlin au printemps arabe

Le photographe espagnol Samuel Aranda avait été récompensé du World Press Photo of the Year 2011 pour cet émouvant cliché...


... Pris sur le vif dans une mosquée transformée en hôpital lors des révoltes populaires au Yémen le 15 octobre 2011.

mercredi 7 mars 2012

Infographie : qui dirige vraiment le monde ?

Les Nations-Unies ? les Illuminati ? Le Bilderberg Group ? La CIA ? L'Office Mondial du Commerce ? Le lobby sioniste ? Les médias ? L'OTAN ? Les firmes pétrolières ? Les extraterrestres ?



Vous saurez enfin toute la vérité et rien que la vérité avec ce sarcastique rollover du blog Information is beautiful : Who Runs the World ?

lundi 5 mars 2012

Mon best of AGS du 27.02 au 04.03.2012

Chaque lundi, je publierais ma petite sélection hebdomadaire des articles lus sur la "planète AGS" (incluant ceux publiés sur Alliancegeostrategique.org et sur les blogs membres). Au menu dans les lignes suivantes : élections en Russie, révoltes en Syrie et implications libanaises, canon électromagnétique, Anonymous, surveillance aéromaritime robotisée, sécurité de l'information et emploi, AGS sur France 24, etc

Alliance Géostratégique :

Actudéfense :

CIDRIS Cyberwarfare : Illustration de la perception de la menace Anonymous

EGEA : Guerres low cost : un nouveau modèle de guerre ? / O.Kempf (EGEA/AGS) sur France 24

Géopolitique du Proche-Orient : J-B Bauchard sur France 24 - les enjeux de la conférence de Tunis sur la Syrie



Good Morning Afrika : Sécurité Globale No 18 : Corne de l'Afrique (avec Sonia Le Gouriellec)

La Voie de l'Epée : Lecture : Quelle défense pour la France ?

Le Fauteuil de Colbert :

Si Vis Pacem Para Bellum : Protéger l'information pour protéger l'emploi


dimanche 4 mars 2012

Les guerres low-cost (made in AGS) sur France 24


Cliquez ici pour voir la vidéo

Invité sur France 24, l'allié EGEA analyse et présente les « Guerres low-cost » qui furent le thème du premier cahier rédigé par plusieurs membres d'Alliance Géostratégique. Joli travail, compagnon(s) !

France 24 : Guerres low-cost : Vers un nouveau modèle de guerre

vendredi 2 mars 2012

Une (très) mauvaise idée : frapper « l'Iranium »

Dans le blog du Word Policy Institute, Amal Varghese (Australian Institute of International Affairs) nous explique pourquoi des frappes aériennes israéliennes et/ou américaines contre « l'Iranium » seraient une très mauvaise idée :

1.Les Etats-Unis obtiendraient très probablement trop peu de soutien de la « communauté internationale » pour lancer une campagne militaire contre l'Iran et se mettraient (une fois de plus) le monde musulman à dos

2. Privés d'emblée d'une stratégie globale, Washington et Tel-Aviv seraient rapidement à court d'objectifs clairs et manqueront d'autant plus d'une stratégie de sortie... de crise qui prendra sûrement une tournure totalement imprévue à l'échelle régionale car il faudra également compter avec le Hezbollah et la Syrie.

3. Une campagne militaire israélienne-américaine contre l'Iran sonnerait le glas du printemps arabe et offrirait un cadeau inattendu au régime de Bachar El-Assad en Syrie et aux « durs » de Téhéran qui, malgré les apparences, deviennent de plus en plus vulnérables aux mouvements locaux d'opposition.

4. Les frappes aériennes n'auront que des effets limités sur l'Iranium, programme nucléaire pourvu de sites dispersés et parfois enterrés sur un vaste territoire. En outre, l'armée iranienne ne se contentera point de regarder les avions ennemis traverser son espace aérien.

Des forces spéciales au sol voire une guerre terrestre contre l'Iran ? Vous êtes sérieux ou c'est une blague ?

Au fait, qu'en serait-il du cours du brut – et, consécutivement, d'une économie mondiale à la fois moribonde et très fragilisée - en cas de minage/fermeture du détroit d'Ormuz par la marine iranienne ?

Mon allié Vincent Eiffling/Chronique Persanes et moi-même avions déjà planché sur l'hypothèse de frappes israéliennes/américaines sur l'Iranium.

Selon l'ancien secrétaire adjoint à la défense Colin Kahl, « any war with Iran would be a messy and extraordinarily violent affair, with significant casualties and consequences ».

Pour ma part, je suggère une solution trop souvent éludée par les médias et par les analystes stratégiques : et si Israël apprenait à vivre avec un Iran nucléaire ? Dans un futur conditionnel, voudra-t-elle aussi bombarder une Arabie Saoudite ou une Turquie qui s'intéressait de trop près à la fission atomique ?


World Policy Institute : The Dangers of Launching a War Against Iran


Fin de la pause. Electrosphère revient...

Après une pause cérébrale bien méritée d'environ un mois, je me sens à nouveau d'attaque pour (ré)animer Electrosphère.


Technologies de l'information, cybersécurité, e-conomie, défense, stratégie, géopolitique, infographie, design, robotique, innovation, arts & culture... C'est reparti !