vendredi 29 novembre 2013

Principe et techniques de Bitcoin (vidéo)

Bon nombre de néophytes et de geek ont du mal à cerner précisément le pourquoi du comment de Bitcoin.


Cette vidéo (22 mn) a l'immense mérite d'expliquer le fonctionnement de cette monnaie virtuelle distribuée (ou distributive ?) avec détails et clarté. Francophones pur jus s'abstenir.

mardi 26 novembre 2013

Les policiers sont des prédateurs psychologiques

J'ai récemment terminé la lecture de Arrest-Proof Yourself, ouvrage rédigé par Dale Carson, ancien policier et avocat à Jacksonville (Floride) qui décrit comment les officiers de police d'Amérique et d'ailleurs profilent et harcèlent certains types d'individus plus que d'autres afin d'accumuler les arrestations.


Dès leurs débuts de carrière, les policiers font preuve de zèle à cause de la compétition faisant rage au sein ET entre des départements / commissariats d'autant plus tenus de faire « du chiffre » lorsque les budgets publics fondent comme une peau de chagrin. Dès lors, les forces de l'ordre ont moins vocation à sécuriser les rues qu'à crever des plafonds statistiques. Il en est ainsi aux Etats-Unis et, à divers degrés, dans maints états d'Europe, d'Amérique latine, d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie. Le Canada, les pays scandinaves, la Nouvelle-Zélande et le Japon – pour ne citer qu'eux – figurent parmi les exceptions.

Infographie : Les langues faciles / difficiles à apprendre

Le degré de difficulté d'une langue dépend de sa proximité avec votre langue maternelle, de sa complexité (tonale, syntaxique, etc), du temps et des ressources d'apprentissage disponibles et de votre motivation.



Pour un francophone, l'espagnol l'italien et le portugais relèvent quasiment d'un jeu d'enfant. Les choses se compliquent quant il s'agit de l'hindi, du russe, de l'hébreu ou du finnois. Les plus déterminés essayeront le japonais ou l'arabe...

jeudi 21 novembre 2013

Jason Healey : Leçons de cyberguerre (1986-2012)

Directeur du Cyber Statecraft Initiative à l'Atlantic Council, vétéran de l'US Air Force et ancien officier SIGNINT - interviewé ici par DefenseNews TV, Jason Healey estime que la donne stratégique globale dans le cyber demeure plutôt constante au regard des formidables évolutions technologiques.


Il craint toutefois que les Etats-Unis, fascinés ou leurrés par la fulgurance opérationnelle / tactique des opérations cyber, définissent des règles d'engagement trop élargies au détriment d'un temps (cyber)stratégique plus long. Enfin, il considère que la retenue dont font preuve les états en matières de cyberguerre et de "cybotage" constitue déjà une forme de dissuasion mutuellement consentie. Francophones pur jus s'abstenir.  

mardi 19 novembre 2013

Cloud, Web social et lieux de travail

À l'ère des smartphones, des tablettes, des réseaux sociaux et du cloud, les notions de bonheur, de productivité et les lieux de travail nécessitent une réinvention complète.


Dans cette charmante vidéo typiquement RSA Animate, Dave Coplin - Chief Envisioning Officer chez Microsoft - estime que l'environnement professionnel devrait pleinement embrasser une culture du travail véritablement ouverte, collaborative et flexible. Francophones pur jus s'abstenir. 

samedi 16 novembre 2013

Infographie : l'odyssée de la dance music

Tout a commencé en Afrique depuis belle lurette. Puis ce furent la Jamaïque et l'Amérique au 19ème siècle. La mutation en blues et jazz dans les années 1900-1920s (états du sud, Nouvelle-Orléans). Le groove dans les années 1960-1970 (soul, funk, disco). Les platines DJ du hip-hop, de la house et de l'électro dans les années 1980-1990 (Chicago, New York). Le déferlement en Europe avec la synthpop, le breakbeat, la trance, la jungle...


Il suffit ! Vous feriez mieux d'admirer et de prendre en main cette animation de Thomson.co.uk afin de mieux saisir l'évolution historique et géographique de la dance music.


mercredi 13 novembre 2013

Les Cafés Stratégiques AGS : De Boko Haram à AQMI – le chaînon manquant

Pour leur 29ème édition, les Cafés Stratégiques AGS [Souvent copiés, jamais collés] invitent Marc-Antoine Pérouse de Montclos, professeur à l'Institut Français de Géopolitique qui fera le lien entre Boko Haram au Nigéria et Al-Qaïda Maghreb Islamique au Mali et dans le Sahel.



Venez nombreux et curieux au Café le Concorde le jeudi 21 novembre 2013 à 19h (consommation obligatoire) et profitez-en pour échanger brièvement avec quelques membres d'AGS. Nous existons, nous vivons et respirons votre air...

lundi 11 novembre 2013

Ce pistolet 3D imprimé tire 50 coups sans férir

Spécialisée dans l'impression 3D, la start-up texanne Solid Concepts a conçu le très classique pistolet M1911 qui tire une cinquantaine de coups avec précision.


La conception plastique des précédentes armes 3D imprimées ne leur permettait guère d'absorber et de résister à la combustion brutale de la poudre et des gaz à haute pression (qui poussent le projectile dans le canon) au moment du tir. Ce handicap limitait drastiquement leur utilisation à un coup de feu pour l'étrange Liberator, et à une dizaine pour le Grizzly. Solid Concepts a apparemment résolu ce problème en recourant au frittage sélectif par laser ou Direct Metal Laser Sintering (DMLS). Selon Wikipédia, il s'agit d'une technique de prototypage rapide sans phase liquide utilisée (dans l'aérospatiale, l'électronique et l'automobile) pour créer des objets 3D strate par strate à partir de poudres qui sont frittées ou fusionnées grâce à l'énergie d'un laser de forte puissance, comme un laser CO2.


mardi 5 novembre 2013

Mythes, drones et réalités

Membre d'Alliancegeostrategique.org et enseignant-chercheur au Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, Stéphane Taillat a rédigé le Focus Stratégique No 47 consacré aux « Drones-tueurs et éliminations ciblées. Les Etats-Unis contre Al-Qaïda et ses affiliés », disponible gratuitement sur le site de l'Institut Français des Relations Internationales.


Résumé. Les drones armés, parce qu’ils permettent de réaliser des éliminations ciblées, jouent désormais un rôle central au service du contre-terrorisme américain. Cette pratique, d’abord initiée durant la présidence de George W. Bush, s’est particulièrement développée sous Barack Obama. L’utilisation, de plus en plus récurrente, de drones-tueurs dans la lutte contre les leaders d’Al-Qaïda et ses affiliés reflète en partie un processus d’adaptation aux différentes contraintes locales rencontrées au Yémen, au Pakistan et en Somalie. Cependant, comprendre l’émergence de cette tactique requiert surtout d’étudier les jeux bureaucratiques américains et de replacer l’essor des drones-tueurs et des éliminations ciblées dans son contexte politique, diplomatique et stratégique.

Fort d'une argumentation claire et cohérente, Taillat explique d'abord comment et pourquoi le recours aux drones par l'administration Bush a résulté d'une nécessité de contourner des contraintes essentiellement bureaucratiques (rivalités et répartition des tâches entre la CIA et le Joint Special Operations Command), diplomatiques (coopérations et tensions avec le Pakistan et le Yémen) et techniques (le drone comme plate-forme d'observation permanente et outil d'élimination ciblée plus viable que l'avion de chasse).